15/06/2006

Trinitad & Tobago-Suède : premier match, premier point!

Après que Michel se soit remis en route vers Nivelles, j'ai pris la direction d'Eynatten. Mon idée était de trouver un endroit plus calme que le parking frontalier pour passer une nuit aussi paisible que possible! Une fois garé, je me suis installé sur la banquette arrière de la voiture et je n'ai pas tardé à sombrer dans un sommeil profond.
 
Il fut malheureusement d'assez courte durée... à partir de 5h30, j'ai entendu défiler les semi-remorques qui rejoignaient l'autoroute et, un peu plus d'une heure plus tard, ce sont les membres d'une fanfare qui arrivèrent au point de rendez-vous qu'ils s'étaient fixé pour partir en car!
 
J'avais mis mon réveil sur 7h30, je me suis levé avec 3/4 d'heure d'avance sur mon timing! Je me suis extirpé de mon sac de couchage et suis sorti de l'auto. J'étais tout enkylosé d'avoir dormi recroquevillé à l'arrière... Quelques étirements, marcher un peu. Ouf, ça passe. Je me prépare deux p'tits pains/confiture et une fois le petit déjeuner avalé je retourne au parking de Lichtenbusch où je prends une douche.
 
Après cela, je me suis mis en route pour Cologne. Objectif, le Stadium Ticket Center. J'y arrive à 8h05, bien avant la plupart des jobistes engagés par le comité d'organisation. Patienter jusqu'à 10h40 (il a ouvert avec une petite vingtaine de minutes d'avance) et me voila le premier au guichet! Je commence par retirer les deux tickets pour Espagne-Tunisie qui m'ont été grâcieusement attribués. Ensuite, je demande à Jose si par hasard il n'est plus possible d'acheter d'autres tickets pour d'autres rencontres. Il me rappelle les affichettes placées à l'entrée : "Pas de vente. Uniquement sur internet". J'insiste, argumentant que me trouvant en Allemagne, il ne m'est pas possible de retourner chez moi tenter d'obtenir miraculeusement des places via fifaworlcup.com! Il me répond alors que de toute façon ce qu'il trouvera sur son système sera aussi sur internet. Je profite de la brèche et lui demande alors de vérifier s'il y a quelque chose de disponible, j'insiste à nouveau en ajoutant que si c'est disponible il n'y a pas de raison que l'achat ne se fasse pas par la billetterie! Mais lui de rétorquer que ce n'est pas qu'il ne sait pas vendre, il ne peut pas vendre! Il me conseille alors de refaire la file et de revenir au guichet. Peut-être qu'à ce moment-là des places seront en vente....
 
Devant attendre l'arrivée de Renaud, je refais un tour. Durant mon attente, il m'apprend par SMS que son train aura un peu de retard. Il a dèjà été contrôlé dans le train par la police belge après Liège. Il le sera encore deux fois par la Polizei avant la frontière. Je me retrouve entretemps une nouvelle fois à un des guichets, toujours rien en vente. Retour en bout de file... Renaud est arrivé avant que je ne puisse passer une troisième fois. Comme il a déjà du retard, plus de temps à perdre! En route vers Dortmund!
 
N'ayant à nouveau eu aucun problème de circulation, nous avons fait halte à Gelsenkirchen. Direction le STC local où il y a une file assez imposante. Tous ces gens sont là pour le retrait ou le transfert des tickets du match USA-Rép. Tchèque qui aura lieu ici le lendemain. Je court-circuite tout cela et vais me renseigner : pas de vente ici non plus... Pas la peine d'attendre donc!

Moins d'une demi-heure plus tard, nous serons dans un des parkings du Westphallenstadion. On vide une Ciney Blonde avant de prendre la navette jusqu'au stade.

 

Les supporters commencent à affluer et, surtout grâce au trinitéens, il y a pas mal d'ambiance! Le premier groupe que nous rencontrons se désaltère... à la Stella!

Nous déambulerons de long en large pendant pas mal de temps et profiterons pleinement de cette atmosphère bon-enfant! Un régal de voir ces supporters chanter, danser, hurler quand une caméra s'approche. C'est vraiment chouette de partager cette joie un peu naïve et le plaisir qu'ils ont d'être simplement là!

Nous serons un peu déçus par les scandinaves... Nettement moins expressifs.

Nous avons ici rencontré un autre belge qui ne tient lui non plus pas en place : Danny. J'ai fait sa connaissance lors de l'Euro 2004 au Portugal. Il est venu sans tickets et il en dénichera un pour à peine 20 euros de plus que son prix officiel! Nous convenons de nous retrouver après le match. A force de tourner dans les alentours du stade, nous voilà au Fan Village. Ici, on diffuse la rencontre de Francfort entre l'Angleterre et le Paraguay. On y a bien jeté un coup d'oeil, mais on est pas là pour regarder la télé! Je me lance dans une partie de kicker. Je sauverai bien l'honneur, mais ce sera tout!

 

 

Une bonne demi-heure avant le coup d'envoi, nous voilà à nos places. Nous sommes séparés, mais dans le même bloc. Vous le savez tous ce match se soldera par un nul vierge, mais se fut un tout tout bon 0-0!

 

Les suédois ont dominé largement la partie et ils auraient dû mener aisément au repos. Et les sorties déterminantes d'Hislop ne sont pas les seules explications à la pénurie offensive scandinave. Une fois trop individualistes, parfois maladroits, souvent génés par le système défensif de leurs opposants, les hommes de Lagerback tentent bien d'emballer le match, en vain...

 

De son côté, Beenhakker a, comme à chaque fois qu'il a eu une équipe en main, effectué un excellent travail. Arrivés en Allemagne avec une étiquette de 'Petit Poucet', les Socca Warriors ont ici l'occasion de démontrer qu'ils méritent bien d'être là!

 

La seconde mi-temps sera du même acabit. Avec un Hislop de plus en plus déterminant dans son but! Wilhelmsson et Ljunberg auront bon se démener, Larsson et Ibrahimovic peser sur la défense, celle-ci ne cédera pas!

 

Trinitad & Tobago s'accroche à ce nul et à ce premier point en phase finale de Coupe du Monde! Et ils tiendront jusqu'au bout. A chaque seconde qui passe leurs supporters sont de plus en plus frénétiques... sauf un!

Et lorsque l'arbitre met un terme à la rencontre, c'est une victoire qu'ils semblent fêter! Nous sommes descendus d'un étage pour la deuxième mi-temps et ces 45 minutes passées au milieu des trinitéens furent incroyablement intenses!

Après avoir profité un peu de ces chants de joie, nous gagnons le point de rendez-vous. Danny nous y rejoint. Nous prenons une bière avant de quitter le stade. Danny s'est déjà installé dans un camping à une petite vingtaine de kilomètres de Dortmund. Il nous ramène au parking et nous le suivons jusque là. Il nous donne un coup de main pour nous installer à notre tour puis, une fois notre inscription réglée, nous prenons quartier dans la buvette du camps. Les allemands sur place sont en train de siroter une pils en écoutant le hit-parade du folklore local. Nous demandons à pouvoir regarder la deuxième mi-temps d'Argentine-Côte d'Ivoire. A la fin du match, et quelques bières plus tard, la patronne nous annonce qu'elle va fermer! Horreur, il est à peine minuit! Danny négocie (il se débrouille en allemand) et obtient que deux autres tournées nous soient servies, nous laisserons les verres au pieds de la porte-fenêtre. Nous regagnons nos tentes. Danny propose alors de faire le tour du camping et de demander à racheter de la bière là où il y a de la lumière... Culloté, mais ça marche! A la troisième halte, nous recevons chacun une bouteille de 50 cl, et pour rien encore! De retour à nos tentes, nous les vidons et nous couchons enfin...

 

21:33 Écrit par Globe-trotter | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 Pologne-Equateur : ça y est! Cette fois, c'est parti!

Les derniers matches que nous avions eu l'occasion d'aller voir avaient déjà un 'parfum de Mondial'...
 
Comme tous les quatre ans, les équipes qualifiées avaient tour à tour pris leurs quartiers et agrémentaient leur période de préparation de rencontres amicales. Si ces matches un peu spéciaux nous donnaient l'occasion de voir quelques teams qu'on a rarement l'occasion de voir évoluer sous nos latitudes, on ne peut pas dire qu'elles soient
en général les plus vivantes et palpitantes qu'il soit donné de suivre... Aucune d'elles (Belgique-Arabie; France-Mexique; Allemagne-Colombie et Hollande-Australie) ne furent des grands moments de football. Mais elles nous donnèrent toutes l'occasion de passer un bon moment entre amis.
 
Le 8 juin, la fièvre est montée d'un cran. Je suis allé à Gelsenkirchen participer à la FanFest organisée là-bas et assister au concert des Simple Minds! Déjà une belle ambiance au milieu d'une foule bigarrée et cosmopolite.


Mais déjà aussi la machine commerciale qui enclenche la surmultipliée : des interdictions de stationner un peu partout et un parking à 15 euros; 40 cl de bière pour 4 euros; les stands des sponsors qui proposent des activités d'une banalité affligeante... le tout sous l'oeil discret, mais vigilant, de la Polizei!
 
Une belle petite soirée malgré tout...
 
Rentré à la maison vers 2h du mat', j'ai eu un peu de mal à me lever le jour J. Mais enfin, le stress a fait que j'étais malgré tout au bureau pour 7h30. Je ne tenais plus trop en place et je n'attendais qu'une chose, l'heure de partir enfin! Et cela a duré une éternité avant qu'il ne soit 12h20... Je repasse à la maison, mange en vitesse, me change et charge la voiture. Puis en route vers la frontière allemande où Michel doit m'attendre!
 
Route dégagée jusque là, puis subitement un gros ralentissement. En cause, un contrôle assez renforcé au poste frontière. Les principaux visés, hélas, les anglais... Il me faudra une bonne demi-heure pour atteindre le parking de Lichtenbusch.
 
Michel est déjà là! En quelques instants, nous nous mettons d'accord. Comme je dois prendre Renaud à Cologne le lendemain, je ferai la route avec lui et il me redéposera ici au retour. Nous reprenons le chemin de Gelsenkirchen où nous assisterons à notre première rencontre : Pologne-Equateur.
 
Nous avons, à notre grand étonnement, traversé la Ruhr sans rencontrer le moindre bouchon jusqu'à 400m du stade! Il est vrai que l'AufSchalke Arena était accessible dès 15h pour permettre aux spectateurx d'assister via écrans géants à la cérémonie d'ouverture et de suivre la rencontre inaugurale du tournoi ente le pays hôte et le Costa Rica.
 
Les parkings étaient engorgés. Nous nous sommes alors un peu éloignés du stade et avons trouvé une place dans une petite rue relativement proche. Moins de vingt petites minutes plus tard, nous y arrivions aussi!
 
Enfin, nous voici dans l'ambiance de la Coupe du Monde! Les abords du stade sont bien garnis mais pas bondés. Normal, il y a déjà beaucoup de supporters à l'intérieur. Nous passons donc le deuxième contrôle et nous nous retrouvons dans l'enceinte de cette magnifique construction. Et ce sont, après un p'tit godet, les premiers contacts avec les supporters des deux camps. Une petite discussion par-ci, un échange d'avis par-là,... et quelques rires quand je dis que je viens de Belgique... Mais c'est aussi déjà l'occasion de faire les premières photos-souvenir!

 


Je suis resté un peu sur une des terrasses surplombant un des accès au stade. Pas de contrôle systématique des identités, cela semble en effet irréalisable, mais par coup de sonde quelques personnes ont dû présenter leurs papiers d'identité. Sans problème la plupart du temps, mais un jeune homme n'a pas eu de chance : contrôlé, son identité ne correspondait pas à celle du ticket. Il fut prié de faire demi-tour... sans le billet qui fut remis à un 'supervisor' présent sur place!

 


Peu à peu, l'heure du 'Kick off' approche. J'entre dans l'arène et y retrouve Michel. Là, l'ambiance a déjà monté d'un cran. Les deux équipes sont à l'échauffement et le stade commence à bouillonner.

 


C'est à ce moment que nous nous posons de nouvelles questions sur la billetterie de la WM2006... Un peu partout sur les forum de fans et les sites des fédérations, le peu de tickets alloués a soulevé des vagues plus ou moins importantes, et là le stade est au 3/4 rouge et blanc !!! Etrange? Pour moi, pas tant que cela. La comité d'organisation n'a-t-il pas lui-même cautionné le marché noir et la revente des tickets en instaurant la possibilité de transfert des précieux sésames? Rappelons-nous la première phase de vente où 82% des tickets attribués l'avaient été à... des Allemands! Cela combiné aux facilités de transferts, n'est-ce pas ouvrir toute grande la porte à ces pratiques qu'on a sévèrement condamnées auparavant?

 


Enfin, peu importe, on ne peut rien faire face à une organisation comme celle-là... Autant se concentrer sur l'instant présent!

 
Et l'instant présent, c'est le coup d'envoi de cette première rencontre. Pour beaucoup, la Pologne, qui avait réalisé un parcours plus qu'honorable en qualification, n'allait pas éprouver de difficultés face aux équatoriens.

 


Si en début de rencontre, les rouge-et-blanc eurent la maîtrise de la rencontre, il ne nous fallu pas longtemps pour nous rendre compte que ce match ne serait jamais disproportionné. Zewlakow et ses potes eurent tout compte fait beaucoup de mal à faire vaciller une défense équatorienne faisant preuve d'une solidité (je n'aimerais devoir me frotter à un De La CRUZ...) et d'une rigueur exemplaire. Et, s'il fallu attendre un bon moment avant de voir les sud-américains entreprendre quelque chose offensivement, leurs premières tentatives furent assez incisives pour que les polonais soient 'avertis'....

 


Avertissement dont ils ne semblèrent pas tenir compte... Les incursions des jaunes-et-bleu étant de plus en plus percutantes! L'inévitable finit par arriver. L'équateur pris les devant grâce à un but de Tenorio.

 


A partir de ce moment, les polonais tentèrent d'inverser la situation et au moins de revenir à hauteur de leur opposant, mais rien n'y fit. Trop d'erreurs de placements, de mauvaises passes, de précipitation. A moins que, tout simplement, l'engagement, le pressing, la vivacité et l'enthousiasme des équatoriens firent en sorte que toutes leurs tentatives furent vaines.

 


Tour à tour chaque entraîneur a changé ses batteries. Affichant un onze de plus en plus offensif, les polonais tentaient le tout pour le tout mais continuaient à se heurter à une défense en béton. Bien que poussés par un public qui lui aussi surchauffait de plus en plus à chaque seconde, les rouges ne trouvaient aucune faille... Et finalement, ce qui devait arriver arriva : un deuxième but équatorien, signé Delgado, scellait le sort de cette rencontre!


Les dernières minutes de jeu n'apportèrent plus rien de neuf au marquoir, mais, footballistiquement parlant, nous avons eu droit à un rush final époustouflant de l'équipe de Pologne. Par deux fois quasi coup sur coup, ils trouvèrent le cadre du but défendu par Mora! Par contre la tournure des évênements avait relancé le kop équatorien! Tambours, chants et danses! Quel spectacle!


Une toute belle partie; deux styles opposés face à face, un jeu où se mêlaient tactique, technique et enthousiasme; un public surchauffé et tout acquis à ses favoris et la magie de la Coupe du Monde : que des ingrédients de qualité pour obtenir un bon match de football!


Nous étions très heureux d'avoir assisté à cela! Nous sommes retournés à la voiture à notre aise sans oublier de profiter des chants de joie des supporters sud-américains. Garés en dehors des parkings "officiels", nous avons rejoint assez rapidement l'autoroute. Sur le chemin du retour Michel m'a déposé à Lichtenbusch. J'y ai récupéré ma voiture. De là, je suis allé jusqu'à Eynatten. J'y ai passé la nuit sur un parking.
 
Demain, je récupère Renaud à Cologne et en route vers Dortmund!

 

 

(Photos : M. Schoofs & J. Dubuisson)

00:49 Écrit par Globe-trotter | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

13/06/2006

Le planning!

Revenu de Gelsenkirchen avec mes tickets en poche, j'ai commencé par prévenir Michel et Renaud. Ensembles, dès que nous en avons l'occasion, nous partons en France, Angleterre, Allemagne ou Pays-Bas assister à l'une ou l'autre rencontre. 
 
M'étant rendu en Allemagne avec ma carte d'identité et celle de mon épouse, je n'ai su acheter qu'au maximum deux tickets par rencontre.
 
Pour les rencontres pour lesquelles je disposais de deux tickets, nous avons dû procéder à une attribution à l'amiable pour savoir qui m'accompagnerait et où! Après réflexions et examen des agenda respectifs, voici ce que cela a donné :
 
- 09/06 Pologne-Equateur avec Michel
- 10/06 Trinitad-Suède avec Renaud
- 11/06 Angola-Portugal avec Renaud
- 16/06 Mexique-Angola avec Michel
- 17/06 USA-Italie avec Michel
- 18/06 Brésil-Australie
- 19/06 Espagne-Tunisie avec Michel
- 20/06 Paraguay-Trinitad avec Michel
- 21/06 Serbie-Côte d'Ivoire
- 23/06 Togo-France avec Patrick
- 24/06 1/8e de finale de Munich avec Michel
- 26/06 1/8e de finale de Kaiserslautern avec Renaud
- 08/07 Match pour la 3ème place
 
In fine, un beau petit programme. Treize rencontres, treize opportunités de rencontrer des gens venant d'horizons diamétralements opposés! Ne vous attendez donc pas à lire ici des résumés de match, des analyses tactiques ou des études statistiques approfondies sur chacune de ces confrontations... Il y a pleins de sites d'informations sportives qui vous donneront cela bien mieux que moi!
 
Mon propos et mon objectif se limitera à vous livrer ma vision de l'évênement "de l'intérieur", à vous raconter l'une ou l'autre annecdote et, je l'espère, à vous donner envie d'aller voir la suivante!

18:38 Écrit par Globe-trotter | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |