02/09/2006

Italie-Ukraine : Pas de Dolce Vita pour Oleg...

En écrivant cela, je sais que je vais sans doute faire fulminer pas mal de monde, mais c'est en surfant un soir sur fifaworldcup.com que le ticket pour ce 1/4 de finale est tombé dans ma poche....

 

Comme beaucoup, j'ai tenté ma chance, sans succès au concours organisé par 11online. J'aurais pu y aller gratos. J'ai joué, j'ai perdu... Bravo au vainqueur! (Ce qui ne m'empêche toujours pas de me demander aujourd'hui encore comment les premiers ont fait pour récolter autant de votes...)

 

Qu'importe, me voilà donc en route pour Hambourg. J'étais déjà allé dans ce stade pour y suivre une rencontre du HSV local mais c'était ma première visite là-bas dans le cadre de ce tournoi. Je suis parti en matinée, à mon aise. Une petite halte en cours de route, me voici enfin sur place. A ce moment, le 1/4 de finale opposant l'Allemagne à l'Argentine débute. Je me rends au Ticket Service Center et y retire, non sans mal, mon billet.... En effet, ma Visa ayant déjà explosé, j'avais commandé ce ticket avec mes coordonnées mais en payant avec la carte de mon épouse! Heureusement que sur les cartes d'identité belges l'identité du conjoint apparaît! Le guichetier ne voulait pas me remettre mon enveloppe... Heureusement, la responsable du TSC a écouté mes explications, vérifié je ne sais pas trop quoi sur son PC et est allée me la chercher!

 

Avant de rejoindre le stade, j'ai regardé,en partie, sur un des écrans placés à une buvette le premier 1/4 de finale... Je ne voudrais pas lancer une polémique, je donne juste mon avis : n'aurait-on pas omis d'accorder un penalty aux argentins quelques minutes après l'égalisation allemande??? En quittant cette buvette, deux français m'accostent. Ils n'ont pas pu rentrer dans le stade, les tickets n'étant pas à leurs noms. Ce sont des places qu'ils ont achetées via Ebay... Je les accompagne au TSC où rien n'a pu être fait pour eux. Comme ils n'ont pas l'accord écrit du titulaire des tickets, impossible de les tranférer à leurs noms...

 

Bon, je pars vers le stade! Italie, Ukraine... Difficile de faire son choix! Il y a du bon à prendre des deux côtés... Aucune des deux formations n'a vraiment été exceptionnelle jusqu'ici. Les ukrainiens, qualifiés très tôt pour cette Coupe du Monde ont passé la première phase sans vraiment être aussi intransigeants qu'ils ne l'avaient été dans leur groupe de qualification. Les italiens eux, on pourrait presque dire comme d'habitude, sont rentrés dans la compétition par la (toute) petite porte. Qualification 'chanceuse' en 1/8ème face à l'Australie et avant cela, l'annulation d'un but américain les avait extraits d'un groupe où ils avaient plutôt fait pâle figure...

 

 

Dans le stade, tout le monde est bien loin de ce genre de discussions.... Les tifosi sont venu en nombre, une véritable légion... si j'ose dire! Mais bon, il y a pas mal de 'faux' tifosi. Nettement moins de supporters ukrainiens mais ils ont l'avantage, à mes yeux, de faire plus 'authentiques'. Les équipes reviennent sur la pelouse et le coup d'envoi peut être donné.

 

Il ne faudra que quelques minutes pour que la Squadra prenne le commandement. Après une première tentative de Camoranesi, Zambrotta tente sa chance et d'un tir puissant trompe le portier ukrainien dès la 6ème minute!

 

Il n'en fallait pas plus pour tuer le match, enfin le spectacle... Rien de plus triste de voir une équipe défendre un aussi mince avantage. D'un autre côté, il faut une discipline et une rigueur exemplaire pour pouvoir jouer défensivement aussi bien que ne savent le faire les hommes de Lippi. Les jaunes ont beau avoir la maîtrise du ballon, pas une occasion ne tombe dans le rectangle défendu par Buffon. Peu après le 1/4 d'heure, c'est même Totti qui héritera d'une belle chance de doubler la mise. Opportunité qu'il galvaudra assez lamentablement pour un joueur de ce niveau!

 

 

A la demi-heure, Shevchenko arrive enfin à se défaire du marquage dont il fait l'objet. Sa reprise de la tête prends Buffon à contre-pied mais passe au-dessus de la barre. Trois minutes s'écoulent avant que Timoschuk n'envoie un missile des trente mètres. Une frappe qui manquera l'objectif de très peu! Quelques minutes plus tard, c'est au prix d'un effort personnel que la nouvelle recrue des Blues londonniens se crée une deuxième occasion. Cette fois, c'est Cannavaro qui vient à la rescousse du dernier rempart italien!

 

 

Lippi l'a compris, l'Italie ploie et il faut réagir avant qu'elle ne rompe! Cela a dû chauffer dans le vestiaire... Dès la reprise, Toni fille seul vers le but adverse mais trop déporté, son tir fini sa course à l'extérieur du petit filet... Posément, les ukrainiens repartent à l'offensive. Après Cannavaro, c'est au tour de Barzagli de sauver son but... Enfin, assez chanceusement il envoie le ballon en corner alors que pour le même prix il le mettait dans ses propres filets! Sur ce corner,  Gusin met Buffon en difficulté! Il n'y en a plus que pour les hommes de Blokhin. Gusin encore voit une frappe puissante sauvée in extremis par Cannavaro.

 

On approche alors de l'heure de jeu. L'Italie obtient un corner et double la mise via Toni! Il y aura alors quelques minutes de flottement au terme desquelles les ukrainiens obtiendront encore une très belle occasion : Buffon lobé est cette fois sauvé par sa transversale! La rencontre retombe dans une espèce de torpeur. Les italiens contrôlent sans aucune difficulté le match. Toni inscrira son second but personnel en ponctuant un bel effort de Zambrotta. A 3-0, les ukrainiens sont résignés et ce n'est que pour sauver l'honneur que Shevchenko, Belik et Gusev tenteront encore de tromper Buffon. En toute fin de partie, la dernière occasion sera pour Toni qui manquera de peu la réalisation d'un Hat-Trick parfait!

 

Coup de sifflet final! Comme la France l'avait fait face à l'Espagne, la formation transalpine vient ce soir de balayer en 90 minutes l'ensemble des critiques tombées à son égard. Rigueur, technique, physique, collectif, précision et efficacité! Tous les ingrédients sont bel et bien là... Et quand en plus la roue tourne du bon côté...

 

Je m'éclipse alors aussi vite que possible afin d'éviter la cohue et les embouteillages. Trajet retour sans encombre! Je rentrerai tard (ou tôt, c'est selon) et fatigué... et profiterai du week-end pour recharger les accus!

 

 

14:07 Écrit par Globe-trotter | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.