03/07/2006

Paraguay-Trinitad & Tobago : une victoire pour l'honneur.

Après avoir dormi tant bien que mal, l'un dans sa voiture, l'autre dans une tente en partie inondée, nous nous retrouvons après avoir pris notre douche pour une rapide collation avant de partir pour Kaiserslautern.
 
Nous comptions partir le plus tôt possible afin de nous réinstaller au camping avant de descendre sur la ville et ainsi profiter au maximum de l'ambiance d'avant match! Ayant déjà eu affaire aux trinitadiens lors de leur première apparition en Coupe du Monde, j'attendais avec plaisir de pouvoir croiser à nouveau leur route. C'était sans compter sur un nouvel 'incident' de parcours...
 
Alors que Michel était parti à sa voiture, j'embarque dans la mienne, mets le contact et... plus rien! Pas moyen de démarrer! Je préviens Mich qui me rejoins. J'avais entretemps essayé de profiter de la pente de l'allée pour faire démarrer la voiture... Rien à faire!
 
Pas trop le choix. Je fais appel à l'assisteur et l'attente commence... 11h30, Michel va jusqu'au magasin du camping et ramène l'apéro! 12h05, j'attaque la préparation du dîner.
 
Le dépanneur arrive pendant que nous en étions à la vaisselle. La voiture démarre enfin! Rien au démarreur ni à la batterie... J'ai eu le tort de brancher trop longtemps le frigobox sur la prise 12V du véhicule! Il me conseille quand même de rouler non-stop jusque Kaiserslautern et de tester directement si la voiture redémarre. Nous nous mettons donc en route.
 
Arrivés au camping, nous montons les deux tentes. L'une pour qu'elle sèche et nous utiliserons l'autre pour dormir ce soir. Nous arrivons, enfin, en ville 3h à peine avant le coup d'envoi! Comme nous nous y attendions, il y a beaucoup d'ambiance, d'autant qu'à ce moment, l'Allemagne est en train de jouer son dernier match de groupe. Les rues sont bondées mais c'est moins la cohue que lors d'Italie-USA! Suite à un mouvement de foule, je perdrai Michel que je ne reverrai qu'au stade! Nous avons donc déambullés chacun de notre côté et sommes manifestement passés par les mêmes endroits! J'ai l'impression de ne croiser que des supporters des rouges-et-noirs! Pas l'ombre d'un paraguayen!

 

 

 

J'arriverai au stade alors que les deux équipes en termine avec les échauffements. Michel est déjà là!

 

 

 

 

Le speaker annonce de façon solennelle l'arrivée des drapeaux nationaux et des deux équipes.

La partie opposant les deux 'petits' du groupe commence. Au même moment, à Cologne, a lieu le kick-off d'Angleterre-Suède. Il faudrait un miracle pour que Yorke et ses coéquipiers passent, les sud-américains sont eux déjà éliminés.

 

Une rencontre sans gros enjeu donc mais qui sera malgré tout agréable à suivre.

Les occasions, pas très nettes, se succèdent d'un côté comme de l'autre. Baretto et Santa Cruz mettent en péril le domaine de Kelvin Jack tandis qu'à l'autre bout du terrain, Yorke, John et Whitley menacent celui de Bobadilla.

Le premier but tombera en faveur du Paraguay. Un coup-franc repris de la tête sera dévié par un défenseur dans son propre but...

 
Chanceux mais pas immérité. Les sud-américain auront à partir de ce moment la maîtrise du match. L'équipe trinitadienne semblant perdre pieds minute après minute.
 
La seconde période est déjà bien entamée quand Latapy entre au jeu. Il dynamisera, pour ne pas dire dynamitera, l'entrejeu de son équipe... en vain! Le score n'évolue pas... Jusqu'à la 86ème minute, moment que choisi Santa Cruz pour doubler l'avantage de ses couleurs et assurer la première victoire de son équipe dans ce tournoi!
 
La rencontre aura pour nous été émaillée de deux anecdotes croustillantes! Le match avait commencé depuis vingt bonnes minutes lorsqu'un mexicain est arrivé pour s'asseoir juste devant nous. Il s'installe, termine son pain-saucisse et s'endort... A la mi-temps, il se redressera à peine pour laisser passer les gens. Le match va reprendre. Un spectateur revient dans les tribunes les bras chargés d'Hot-Dogs et de verres. Il secoue le genoux du mexicain, toujours endormi, aucune réaction. Le garçon assis à côté prend alors son sifflet et siffle dans son oreille. Il se réveillera à peine mais laissera passer l'autre gars avant de re-sombrer de plus belle! Il a alors été la cible de pas mal de photographes dans la tribune. Il se réveillera un petit quart d'heure avant la fin du match et partira, comme il est arrivé...

Un autre bonhomme, écossais celui-là, nous a bien fait rire lui aussi! Parti au ravitaillement avant la pause, il est revenu les bras chargé de victuailles et a mis, non sans nous faire penser à un mineur de fonds lensois, plus de vingt minutes à retrouver ses camarades... dans le bloc voisin!

Au coup de sifflet final, nous quitterons le stade par la tribune opposée à la nôtre. Cela nous permettra de rencontrer les supporters paraguayens et d'assister à leurs chants et danses de joie! Il quittent la Coupe du Monde, mais sur une victoire!

 

 

Nous regagnons le camping et ne tardons pas à nous endormir! La nuit sera bien plus calme que lors de mon premier passage ici!  Heureusement, demain, nous devons retraverser tout le sud de l'Allemagne pour rejoindre Munich!

20:32 Écrit par Globe-trotter | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.