26/06/2006

Italie-USA : Enfin une ambiance de Coupe du Monde!

Arrivé à proximité de Kaiserslautern, je me mets à la recherche d'un camping et m'installe à une petite vingtaine de kilomètres de la ville.
 
Mes voisins seront anglais mais déjà pas mal de supporters de la Squaddra auront dressé leur tente.
 
Bien que seul, je monte les deux miennes pour les sêcher correctement.
 
Je partage un verre avec les trois anglais, ils me rendent la pareille puis nous descendons ensembles vers Kaiserslautern. En chemin, j'appelle Michel. Le coup d'envoi va être donné à Cologne, l'ambiance y a l'air chaude, il m'entend à peine. Je trouve à me garer pas trop loin de l'accès au stade qui trône majestueux au-dessus de la ville.

Arrivé au pieds de la colline sur laquelle il est implanté, je trouve 'enfin' une ambiance Coupe du Monde! Les supporters chantent et crient, et la rue principale est noire de monde! Il faut dire que la grosse différence avec tous les autres stades visités jusqu'ici est que celui-ci est à proximité du centre. Tous les autres sites sont localisés en périphérie des villes d'acceuil et souvent bien loin du centre où se retrouvent les supporters (ou restent ceux qui n'ont pas de tickets...). Du coup, pour un itinérant qui va de jour en jour d'un endroit à l'autre... Pas trop d'ambiance en fait! Nous nous sommes fait cette réflexion dès le premier week-end, c'était bien plus sympathique, joyeux et festif en 1998... La taille des villes allemandes joue sans doute, mais la mentalité locale ne doit pas y être totalement étrangère non plus...

 

 

Il est tout doucement temps de gagner le Fritz-Walter-Stadion. Je tourne un peu en bas puis l'escalade jusqu'à ma place. Une place en première catégorie (100 euros + 10 de frais de gestion!) d'où je ne vois que 2/3 de la pelouse! Encore un des aspect scandaleux de ce tournoi. Le nombre de place au prix fort par stade! Enfin, j'ai encore eu un peu de chance : le type à côté de moi a vu que j'étais arrivé seul et comme après quelques minutes personne n'arrivait, il me demande si je ne veux pas changer de place avec son ami pour qu'ils soient ensembles. Ce dernier est en Cat.2, en plein virage. J'accepte et arrive à une place ou la vue est dégagée. Même si elle est encore un peu plus haut, j'y serai mieux!

L'échauffement se termine. Nous avons droit aux habituelles statistiques concernant les parties en présence ce soir puis à la composition des deux formations.

 

 

Pour une fois, le 'partage' des places est plus ou moins équitable entre les fans des deux camps. Il faut dire que dans la région, il n'y a pas mal de garnisons américaines. De l'autre côté, les Azzuri ont attirés tous les ressortissant italiens des environs.. Je tomberai à l'entré de la zone de contrôle des tickets sur des italo-belges qui m'avaient fait 'mousser' lorsqu'ils avaient obtenus leurs tickets, Mauro et Virgilio.

Les deux équipes réapparaissent. Le coup d'envoi est tout proche. Nous auront avant cela à une mini-minute de quasi silence en mémoire au grand joueur qui a donné son nom à cette enceinte.

Prenant l'initiative dès l'entame de la rencontre, les italiens se montrent rapidement dangereux et sur leur deuxième très nette occasion, c'est déjà 1-0!

 

 

 

 

 

Les Boys accusent le coup. Ogushi, l'encore Rouche pour le moment, semble avoir du mal dans l'axe défensif. Un peu comme ses coéquipiers en fait. La vitesse d'exécution et l'expérience des transalpins les dépassent. L'équipe américaine, mettra du temps à redresser la barre, mais une fois en route, il prendront à leur tour la maîtrise du match.

 

 

C'est fort logiquement que tombe l'égalisation. L'autre moitiè du stade explose à son tour.

En seconde période, la Squaddra ne sera dangereuse que sur contre-attaque, et encore... Pas très dangereuse!

 
De leur côté, battus lors du premier match, les américains n'ont pas le choix, il leur faut les 3 points! Ils poussent donc tant et plus que, finalement, ça y est, ça rentre enfin!
 
Mais pour rien... Dèjà auteur de prises de décisions quelques peu 'bizarres' et pittoresque, l'arbitre annule le but pour un hors-jeu de position d'un joueur se trouvant en dehors de la phase de jeu...
 
La colère des supporters US fait trembler le stade! Rien n'y fera évidement...

Les deux équipes se quitteront sur ce score nul qui s'il laisse encore la porte ouverte aux 4 équipes du groupe, avantage plutôt les italiens.

 
Dès le coup de sifflet final, je rejoindrai la voiture et le camping. En effet demain, en route pour Munich... Je serai assez vite rentré et couché. Heureusement... Vers deux heures du mat', d'autres campeurs rentreront et, ce n'est rien de le dire, ne se montreront pas spécialement discrets... Bah, c'est aussi un des charmes de la Coupe du Monde!

08:48 Écrit par Globe-trotter | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.